Fonds photographique Fernand Poidevin (29FI)

Déplier tous les niveaux

Description physique

fin XIXe - début XXe siècle1 021 plaques photographiques en verre numérisées

Excursion dans la forêt de Crécy

Cote/Cotes extrêmes

29FI234 (Cote(s))

Date

28 août 1902

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives départementales de la Somme

Caractéristiques physiques

Photographie

Particularité physique

Noir et Blanc
Plaque de verre
Positif stéréoscopique

Dimensions

11 x 4,5 cm

Origine

Fernand Poidevin (1868-1919), écrivain et photographe crotellois

Biographie ou Histoire

Une partie de la collection des plaques de verre de Fernand Poidevin est donnée à Georges-Pierre Baillon, une connaissance du photographe.

Le 4 janvier 2007, le fils de ce dernier, Georges-Roger Baillon, a fait don aux Archives départementales de la Somme de ce véritable trésor photographique, ainsi que d'un meuble de rangement des chargeurs de plaques de verre et d'un appareil mécanique de visionnage de ces plaques.

Cette collection unique est composée de 1021 plaques de verre stéréoscopiques de format 11 x 4,5, portant pour près du tiers sur des vues du département de la Somme entre 1898 et 1908. On trouve des portraits, des scènes de plages, des scènes de pêche ou de chasse, des scènes famille, des scènes de la vie courante, des paysages maritimes ou des vues de villages de la Somme, principalement du Crotoy et de ses environs.

Les autres plaques de verre de cette collection représentent des vues prises par Fernand Poidevin lors de divers voyages en France et à l'étranger entre 1898 et 1912. Il réalise notamment une magnifique série de 193 clichés en Italie (Rome, Venise, Pise, Padoue, Milan, Gênes, Naples, Pompéi, Vérone, Florence) en 1899.

Six clichés de cette collection ont été pris par Lucien Dalmeyda en Bretagne. Aucune information n'a été retrouvée sur ce photographe.

Préalablement au traitement de ce fonds, il aura fallu dépoussiérer l'ensemble des plaques de verre à l'aide d'un pinceau adapté et en les maniant avec des gants pour ne pas endommager l'émulsion.

Fernand Poidevin est né le 13 août 1868 à Escarbotin, au cœur du Vimeu industriel, dans une famille d'ouvriers bourreliers. Il est l'aîné d'une sœur, Marie-Louise, née le 26 octobre 1872. Son père, Amédée Constant, décède le 16 novembre 1878, à l'âge de 34 ans. Fernand Poidevin est alors élevé par sa mère, Victorine Poidevin née Fauvel, et son oncle, Alexandre Fauvel, peintre en voilures.

Il entre à l'âge de 14 ans dans une usine de serrurerie, mais cette expérience sera très brève. Il retourne finalement à l'école et obtient, en 1885, son brevet élémentaire. Ainsi, comme l'écrit Georges Dufossé dans la préface de son livre "les œuvres de Fernand Poidevin", "...c'est le cerveau seulement meublé d'une saine et solide instruction primaire, l'âme enthousiaste aux beautés des êtres et des choses, [qu'il] quitta son pays natal...". A 17 ans, il prend la route, parcourant pendant plus de dix ans la France, et écrit des poèmes qui seront publiés en 1894 sous le titre Rimes pauvres et rimes gueuses. En 1897, il épouse Marie Adrienne Reynaud (née à Agris en Charente), institutrice et future directrice de l'école maternelle du Crotoy.

Photographe averti et passionné, il disposait d'un atelier principal au Crotoy et d'un atelier secondaire à Saint-Valery-sur-Somme.

En 1899, il fait un long "périple photographique" en France, en Italie, dans les Alpes et en Allemagne.

F. Poidevin est l'auteur et l’éditeur de plusieurs centaines de clichés photographiques reproduits sur cartes postales, sans compter ses très nombreuses œuvres non reproduites.

Homme de culture, écrivain, artiste peintre, il fonde au Crotoy avec l’écrivain Paul Eudel la Société des amis du livre, une bibliothèque d’éducation populaire. Son œuvre littéraire est abondante : Jean Sauvegrin en 1909 en hommage à Léon Duvauchelle, une biographie de Clément-Joseph Laurent... Dans la presse locale il écrit sous le pseudonyme de Gringoire et sous la rubrique Chronique d'un merle crotellois.

Homme de cœur, durant le conflit mondial de 1914-1918, il organise des soirées théâtrales et des concerts au profit des blessées et veuves de guerre.

Peu soucieux de sa santé, fatigué et usé, Fernand Poidevin décède dans sa cinquante et unième année le 21 juin 1919 au Crotoy et est inhumé à Friville-Escarbotin avec sa mère.

Modalités d'entrées

Origine

Collection Fernand Poidevin - Don de M. Georges-Pierre Baillon

Présentation du contenu

Groupe de promeneurs en Forêt de Crécy. Voiture hippomobile.

Langue des unités documentaires

Français